Le blog de Writer Forever

Sur le blog de Writer Forever, je publie des articles et des vidéos sur les thèmes suivants : mon quotidien d’auteur expatrié, mes conseils en écriture, des interviews d’écrivains expatriés, la créativité au quotidien. Je partage aussi avec vous certains de mes textes, mon point de vue sur mes lectures et mon actualité du moment.

Auteur de Finding Your Feet In Chicago (Éditions Summertime, 2012) et de Journal d'une ado expatriée, Véronique Martin-Place est également coach rédactionnel. Elle guide des écrivains en devenir dans la rédaction de leurs livres, de l'idée de départ au point final. L'enseignement universitaire et la transmission tiennent également une place importante dans sa vie.


Pour en savoir plus sur son parcours, lisez sa biographie

Café coup de pouce pour les auteures

Café coup de pouce pour les auteures

Inscrivez-vous au café coup de pouce pour les auteures débutantes, le jeudi 10 septembre à 14h00, heure de Paris. J'organise un nouveau genre d'événements en ligne pour celles qui veulent se lancer dans la rédaction du livre aui leur tient tant à coeur. 

Quoi ? Un café coup de pouce pour les auteures débutantes

Pour qui ? Pour toutes celles qui veulent se lancer dans la rédaction d'un livre, quel que soit le genre : roman, guide pratique, recueil de textes, e-book, etc ...

Quand ?  JEUDI 10 SEPTEMBRE 2015 À 14H00, HEURE FRANÇAISE

Comment ? Par Skype (appel de groupe)

Combien de temps ? : 1 heure

Combien ça coûte ? :  C'est GRATUIT !!

Objectif : vous donner le coup de pouce dont vous avez besoin pour démarrer, finaliser et promouvoir votre projet rédactionnel

Lors de ce café coup de pouce, vous pourrez : 

  • poser toutes vos questions et obtenir des réponses ;
  • échanger avec d'autres auteures débutantes ou plus avancées ;
  • déterminer vos blocages ;
  • repartir avec une liste d'actions à mettre en place pour commencer votre projet. 

Écrivez à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour réserver une place. Attention, trois places seulement sont disponibles pour cet événement. Alors ne tardez pas à vous inscrire ! 

Lire la suite
Notez cet article:
0
1079 Hits

Bilan d’un an de café écriture

Bilan d’un an de café écriture

Le 17 juin a eu lieu le dernier café écriture de Shanghai de l’année avant les grandes vacances d’été. Cet événement bi-mensuel reprendra à la rentrée (sans moi) car deux des participantes ont décidé de reprendre le flambeau. Merci à elles. 

A l’occasion de cette dernière rencontre, j’ai fait le bilan de cette année d’écriture en groupe. 

Le café écriture de Shanghai 2014-2015, ce fut : 

  • beaucoup de café ;
  • cinq participantes ;
  • 13 rencontres bi-mensuelles ; 
  • 26 heures d’écriture, de discussion et de partage autour de nos textes ;
  • 27 propositions d’écriture soumises ;
  • 22 propositions d’écriture réalisées ; 
  • des copines autour d’un même centre d’intérêts ;
  • une aventure qui va continuer à Shanghai et à Nantes !

Si vous souhaitez rejoindre le café écriture de Shanghai à la rentrée, écrivez-moi et je vous mettrai en contact avec les organisatrices.

Si vous souhaitez participer aux ateliers d’écriture que je vais organiser à Nantes et à distance, écrivez-moi à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

À bientôt et bonne écriture !

 

Lire la suite
Notez cet article:
0
895 Hits

Interview d'auteur : Nathalie Desormeaux pour son roman Une Saison Japonaise

Interview d'auteur : Nathalie Desormeaux pour son roman Une Saison Japonaise

Une fois par mois, je vous propose sur le blog de Writer Forever une interview d'auteurs expatriés ayant publé un livre traitant de la vie à l'étranger, de l'expatriation ou d'un pays dans lequel ils ont vécu. Il peut s'agir de roman, de témoignages, de fragments de vie, de livre jeunesse ou d'un tout autre genre à partir du moment ou il traite de cette problématique particulière. Ces auteurs nous parlerons des raisons qui les ont poussé(e)s à écrire leur ouvrage, de leur processus d'écriture, de la manière dont ils l'ont publié et de leur stratégie de promotion.

Aujourd'hui, je vous propose de rencontrer Nathalie Desormeaux, auteur d'Une Saison Japonaise dont l'action se déroule bien évidemment au pays du soleil levant, un pays que j'ai découvert avec bonheur en 2014. Vous pouvez par ailleurs lire ce que j'ai pensé du livre de Nathalie sur la page "critiques de livre" de ce site. 

Nathalie DesormeauxBonjour Nathalie. Pourriez-vous m'en dire un peu plus sur vos parcours personnel et professionnel ?

Bonjour Véronique.

J’ai découvert l’Asie lorsque j’étais étudiante aux Langues’Ô et que je suis partie en stage à Tokyo. J’ai ensuite été expatriée plusieurs fois pour raisons professionnelles, en particulier pour le Printemps à Séoul. J’ai poursuivi ma carrière en France où j’ai créé une société de d’ameublement et de décoration pour enfants. Je vis maintenant en Loire Atlantique, en face de l’océan, ou j’essaie de reprendre l’écriture !

Pourriez-vous men dire un peu plus à propos de votre livre ? Pouvez-vous expliquer de quoi parle votre livre en quelques phrases ?

Une Saison Japonaise est un roman qui parle des difficultés de l’expatriation, de la perte des repères que l’on éprouve quand on arrive dans un pays d’une culture très différente, avec en plus des problèmes de langue, à travers l’histoire d’une jeune française expatriée à Tokyo en 1978.

J’ai situé le roman dans ces années-là car à cette époque-là le téléphone coûtait une fortune, il n’y avait pas d’internet ni même de fax, le sentiment d’éloignement était encore plus fort.

À qui sadresse votre livre ? 

A tous ceux qui n’ont jamais été expatriés, pour leur montrer des expériences qu’ils ignorent, et à tous ceux qui l’ont été, pour qu’ils retrouvent des expériences vécues !

A tous ceux qui ne connaissent pas le Japon, pour leur donner envie de le découvrir, et à tous ceux qui le connaissent pour leur rappeler de bons (ou mauvais) souvenirs !

A tout le monde donc, c’est un roman qui s’adresse à tous ceux qui aiment qu’on leur raconte une histoire…

Pourquoi avez-vous écrit ce livre ? Quest-ce qui vous a poussé à l’écrire ? Une saison japonaise

Je portais en moi l’envie d’écrire depuis longtemps, et j’avais particulièrement envie de construire une histoire autour des rapports d’un(e) expatrié(e) et de son interprète : dans les pays où la barrière de la langue est infranchissable et la présence d’un interprète nécessaire en permanence, la relation entre ces deux personnes prend une importance primordiale. L’interprète est la clef incontournable de la vie professionnelle et parfois aussi privée. 

Je suis partie de là, puis l’histoire s’est étoffée…Je n’avais pas d’idée très précise de la structure du livre avant d’arriver au milieu environ !

Et puis j’avais envie de parler du Japon : j’ai découvert ce pays à vingt ans et il m’a profondément marquée. Ce qui est drôle, c’est que les ressentis que j’ai éprouvés il y a plus de trente ans sont les mêmes que ceux qu’éprouvent les expatriés aujourd’hui.

Quels ont été vos processus d’écriture, de lidée à sa finalisation ? Combien de temps cela vous a t’il pris ?

L’idée, je l’avais depuis longtemps ; j’ai profité d’un moment de disponibilité dans ma vie pour la mettre à exécution. Ma première démarche a été de réunir le maximum de documentation : mes souvenirs du Japon étaient anciens, je me suis employée à les rafraîchir et à lister tout ce dont j’avais envie de parler.

J’ai ensuite écrit de façon décousue, en fonction de mon emploi du temps, avec la difficulté de « raccrocher » chaque fois qu’une période un peu longue s’imposait entre deux phases d’écriture. J’ai même pensé abandonner quand je suis restée plusieurs mois sans reprendre mon manuscrit, mais sa relecture m’a encouragée à poursuivre. Je suis finalement allée à plusieurs reprises « en résidence » chez des amis, dans une maison isolée, où j’ai trouvé la concentration nécessaire pour avancer puis finir.

J’ai ensuite accordé une grande importance au travail de relecture et d’homogénéisation.

Au total, je dirais un tiers de préparation, un tiers d’écriture et un tiers de relecture, le tout sur trois ans environ.

Quelle(s) difficulté(s) avez-vous rencontré pendant l’écriture de ce livre ? Comment les avez-vous surmontées ?

La principale difficulté, à part le côté décousu dont j’ai déjà parlé, est venue du fait que j’avais décidé d’écrire à la première personne. Ce livre n’est pas une autobiographie - j’étais étudiante et j’avais vingt ans quand j’ai vécu à Tokyo alors que Sophie, mon héroïne en a trente et travaille - et j’ai eu du mal au début à trouver la bonne distance entre elle et moi. Et puis un jour elle a pris le pouvoir, je suis incapable de dire comment. Je ne le croyais pas, mais je l’ai éprouvé, il arrive que les personnages s’émancipent de l’auteur, et c’est grisant !

Comment avez-vous trouvé une illustratrice et un designer pour votre couverture de livre ?

J’ai conçu moi-même la couverture, mais si besoin ma maison d’édition fournit une aide.

Comment avez-vous procédé pour publier votre livre ? 

Quand j’ai eu fini le travail de correction, j’ai fait lire mon manuscrit à une dizaine de personnes qui m’ont convaincue de tenter l’aventure. J’ai d’abord fait le tour des maisons d’éditions les plus connues : quand on habite Paris, c’est facile, elles sont toutes les unes à côté des autres, ça évite les frais de poste !

Je n’ai reçu que des réponses négatives, mais assorties d’encouragements, et cela m’a donné envie de ne pas laisser tomber.

Pourquoi avez-vous choisi de vous auto-publier ?

Je ne me sentais pas le courage de contacter de nouveaux éditeurs et, en me renseignant  sur l’auto publication, j’ai découvert les Éditions Hélène Jacob qui démarraient leur activité. C’est une association, créée par deux écrivains qui s’auto-publiaient et qui ont décidé de mettre leur expérience au service de nouveaux auteurs. Ils ont immédiatement accepté de me publier et la collaboration a été facile et fructueuse. Ils font un vrai boulot de pro et c’est très réconfortant d’être accompagnée, surtout quand comme moi on n’est pas très à l’aise avec le numérique. Donc je ne suis pas auto-publiée, pas non plus publiée à compte d’auteur, mais éditée !

Comment assurez-vous la promotion de votre livre ? Quelle est votre stratégie de promotion ?

C’est la partie la plus difficile. Les Éditions Hélène Jacob font une partie du boulot, mais plus l’auteur s’engage et meilleurs sont les résultats. Je ne suis pas utilisatrice moi-même des réseaux sociaux alors que c’est un outil qui est devenu incontournable, et chez EHJ ils sont beaucoup plus efficaces que moi ! J’ai joué sur le bouche à oreille et demandé aux lecteurs de laisser un commentaire sur Amazon : j’en ai eu rapidement plusieurs et je crois que c’est ce qui a fait démarrer les ventes.

Que vous ont apporté la rédaction et la publication de ce livre ?

Que du bonheur ! Et une grande émotion quand arrive le premier exemplaire …

La période de rédaction a vraiment été une découverte, je ne m’étais jamais engagée dans un travail au long cours comme ça. Il faut accepter de ne pas toujours être productif, d’avoir des moments de « non-écriture », le livre mûrit à l’intérieur et d’un seul coup ça repart, enrichi de ce temps d’attente.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaite écrire un livre ? 

De ne pas hésiter, de se lancer sans s’auto juger : on se trouve toujours très mauvais quand on se relit, il faut être indulgent avec soi-même. Et quand on pense avoir fini l’histoire, laisser reposer - comme en cuisine ! -  avant d’entreprendre la relecture et les corrections.

Enfin, où peut-on se procurer votre livre ?

En format papier sur Amazon, et en numérique sur Amazon, la Fnac et sur le site des Editions Hélène Jacob.

Merci Nathalie !

Vous pouvez aussi suivre la page Facebook du livre Une Saison Japonaise

Crédits photos : Nathalie Desormeaux 

Lire la suite
Notez cet article:
0
3554 Hits

Atelier d'écriture : la panne d'écriture

Atelier d'écriture : la panne d'écriture

Aujourd’hui, je partage avec vous un texte que j’ai écrit ce matin même dans le cadre du café écriture de Shanghai. J’en profite pour préciser qu’il s’agissait de ma dernière séance car comme vous le savez peut-être je quitte Shanghai très bientôt. J’ai néanmoins l’intention de recréer un café / atelier d’écriture à Nantes, ma future destination. Si donc vous habitez cette charmante ville de Loire-Atlantique et que vous souhaitez participer à un tel atelier, faites-moi signe et nous nous rencontrerons dès que possible.

En attendant, voici une des propositions d’écriture que nous avons réalisé aujourd’hui : la panne d’écriture. Oui, oui, vous avez bien lu. Toutes les participantes ont traité du sujet de manière très différente mais toujours avec beaucoup d’originalité et de perspicacité. 

Voici ma production écrite et en version audio : 

 

Dans un cabinet médical, une conversation entre un médecin et son patient …

- Bonjour Docteur.

- Bonjour Monsieur. Je vous en prie, installez-vous. Que puis-je pour vous ?

- Eh bien voilà. Je suis écrivain et j’ai une panne d’écriture. Ça m’a pris comme cela, sans prévenir. Je suis incapable d’aligner plus de deux phrases d’affilée. Parfois, c’est même pire : je n’ai plus d’idées. Je suis bloqué, complètement paralysé devant mon ordinateur. Ma réputation est en cause. 

- C’est bien la première fois qu’on me consulte pour ce genre de mal. Et … comment cela se manifeste - t-il ?

- Le matin, je me lève tôt. Je procède à mes routines quotidiennes. Vers 9h00 du matin, je m’installe dans mon bureau et j’écris. C’est aussi simple que cela. Mais depuis un mois, plus rien. Je reste devant mon écran blanc, mes mains posées sur mon clavier, et rien ne vient. C’est le vide absolu. Comme un grand trou noir ! J’ai le sentiment de me perdre. Au moins j’écris, au plus je doute. Et comme je n’écris pas grand chose, vous imaginez mon niveau de stress !

- Effectivement …

- C’est grave, docteur ?

- Pour un écrivain, c’est embêtant. Avez-vous essayé d’écrire ailleurs qu’à votre bureau ? Ou bien, autrement que devant votre ordinateur ?

- J’aime mes routines, mes rituels d’écriture, vous comprenez.

- Je le conçois. Mais parfois, il faut changer ses habitudes. Les routines ont leurs travers. Il faut parfois les contourner pour ensuite mieux y revenir. 

- Je vois. Mais ça va être difficile, Docteur.

- Et sur quoi écrivez-vous en ce moment ?

- … eh bien sur rien puisque je n’écris rien. 

- C’est un début ! Vous êtes sur la voie de la guérison ! Mais encore ?

- C’est que … je n’ai pas l’habitude de parler de mes projets en cours …

- Ah bon ! Alors de quoi parlez-vous ?

- Je ne parle pas puisque je suis écrivain. Je ne fais qu’écrire.

- Sur rien. 

- C’est exactement ça !

- Je comprends. Nous avons à faire à un magnifique cas de cercle vicieux. Il va falloir en sortir. Et pour cela, je crois qu’il faut tout simplement  … sortir ! Voici, ce que je vous prescris : 

  • du Créativil 20 mg, deux comprimés matin et soir en mangeant
  • deux cuillères à soupe d’Imaginup, le matin en vous levant
  • une heure de promenade par jour, au minimum
  • et enfin une heure de discussion avec qui vous voulez en milieu de journée

Revenez me voir dans 15 jours si les symptômes persistent.

 

Ce même texte en version audio : 

Artist Name - La-panne-dcriture.m4a

 

Vous avez aimé ? Vous avez des remarques constructives à me faire ? N'hésitez pas à me le dire dans les commentaires. 

Lire la suite
Notez cet article:
0
1256 Hits

Pourquoi choisir et suivre un atelier d'écriture à distance ?

Lire la suite
Notez cet article:
0
1828 Hits