Le blog de Writer Forever

Sur le blog de Writer Forever, je publie des articles et des vidéos sur les thèmes suivants : mon quotidien d’auteur expatrié, mes conseils en écriture, des interviews d’écrivains expatriés, la créativité au quotidien. Je partage aussi avec vous certains de mes textes, mon point de vue sur mes lectures et mon actualité du moment.

Auteur de Finding Your Feet In Chicago (Éditions Summertime, 2012) et de Journal d'une ado expatriée, Véronique Martin-Place est également coach rédactionnel. Elle guide des écrivains en devenir dans la rédaction de leurs livres, de l'idée de départ au point final. L'enseignement universitaire et la transmission tiennent également une place importante dans sa vie.


Pour en savoir plus sur son parcours, lisez sa biographie

Interview d'auteur : Magdalena Zilveti Chaland pour Réussir sa vie d'expat

Interview d'auteur : Magdalena Zilveti Chaland pour Réussir sa vie d'expat

Une fois par mois, je propose sur le blog de Writer Forever une interview d'auteurs expatriés ayant publié un livre traitant de la vie à l'étranger, de l’expatriation, de mobilité internationale ou d'un pays dans lequel ils ont vécu. Il peut s'agir de roman, de témoignages, de fragments de vie, de livre jeunesse ou d'un tout autre genre à partir du moment ou il traite de cette problématique particulière. Ces auteurs nous parlerons des raisons qui les ont poussé(e)s à écrire leur ouvrage, de leur processus d'écriture, de la manière dont ils l'ont publié et de leur stratégie de promotion.

Aujourd'hui, je vous propose de rencontrer Magdalena Zilveti Chaland, l'auteur de Réussir sa vie d’expat’. S’épanouir à l’étranger en développant son intelligence nomade, publié aux Editions Eyrolles en septembre 2015.

Pourrais-tu m’en dire un peu plus à propos de ton livre ?

Mon livre « réussir sa vie d’expat » traite des répercussions psychologiques de l’expatriation. Vivre à l’étranger a des conséquences sur l’individu et sa famille à plusieurs niveaux : identitaire, social et professionnel. J’aborde ainsi ce que l’installation dans un nouveau pays et une nouvelle culture peut provoquer en soi chez un être humain.

À qui s’adresse ton livre ? 

Ce livre s’adresse à ceux qui pensent partir vivre à l’étranger afin de les aider à se préparer et à anticiper leur expatriation. Il s’adresse aussi à ceux qui sont déjà partis et qui veulent mettre des mots sur des ressentis. Il s’adresse enfin aux proches et aux professionnels afin de mieux comprendre ce que l’expatriation implique. 

Pourquoi as-tu écrit ce livre ?

L’expatriation est un thème d’actualité. C’est presque devenu un passage obligatoire lors d’études supérieures ou pendant une carrière. C’est en effet une expérience très enrichissante apportant de nombreux bénéfices mais c’est aussi bien souvent une expérience idéalisée et pas toujours psychologiquement bien  préparée. 

Je travaille depuis plusieurs années comme coach pour les ressortissants francophones vivant dans un autre pays que celui dont ils sont originaires. Je vois les difficultés qu’ils doivent affronter comme la solitude, l’éloignement familial, l’incompréhension culturelle, le besoin de se réinventer professionnellement, etc. J’ai souhaité dans ce livre proposer une vision plus réaliste de ces difficultés mais aussi quelques conseils pour mieux y faire face.

Quels ont été tes processus d’écriture, de l’idée à sa finalisation ? Combien de temps cela t'a-t-il pris ?

Depuis plusieurs années, j’étais intéressée par le thème de l’interculturalité et de la migration. J’ai décidé en février 2012 de me lancer dans un projet d’ouvrage sur les aspects psychologiques de l’expatriation. Pendant deux années, en parallèle de mon travail de coaching, j’ai lu de nombreux ouvrages et articles sur ces thèmes. J’ai commencé à rédiger quelques parties. 

En 2014, j’ai souhaité finaliser le projet en ayant une approche plus rigoureuse dans l’écriture. Je t’ai contacté pour bénéficier de ton accompagnement. Nous avons convenu d’un planning sur trois mois pour terminer l’ouvrage. 

En septembre 2014, j’ai contacté différentes maisons d’édition et j’ai obtenu plusieurs retours positifs mais non concluants. 

En novembre 2014, les éditions Eyrolles se sont montrées plus intéressées. Ils m’ont demandé de retravailler certains points, et en février 2015 ils m’ont donné leur accord à la condition que je réduise le livre de moitié pour le mois d’avril car il faisait 500 pages à l’origine. Il a été publié en septembre 2015. Au final, c’est un projet qui a duré 3 ans. 

Quelle(s) difficulté(s) as-tu rencontré pendant l’écriture de ce livre ? 

La plus grande difficulté a été de m’organiser pour libérer du temps afin d’écrire alors que je jonglais entre mes clientes et mes obligations familiales. Je me suis rendue compte que j’étais plus efficace pour écrire en soirée, une fois que mes enfants étaient couchés. J’ai alors consacré plusieurs soirées par semaine à la rédaction du livre.

Comment as-tu procédé pour publier ton livre ? 

J’ai recherché dans mes contacts s’il y avait des personnes ayant des liens avec des maisons d’édition. J’ai réussi à faire passer mon livre à quatre ou cinq maisons d’édition prestigieuses grâce à une connaissance intermédiaire. C’est comme cela que j’ai obtenu des retours et des conseils de leur part. Je l’ai aussi envoyé a une demie douzaine d’autres maisons de façon spontanée et je n’ai jamais obtenu aucune réponse. 

Entre mon début de recherche d’une maison d’édition et le contrat avec Eyrolles, il s’est écoulé cinq mois.

 

Reussir-vie-dexpat.jpg

Comment assures-tu la promotion de ton livre ? 

Je réalise la promotion du livre en conjuguant plusieurs actions. D’abord, par le biais des réseaux sociaux (Facebook ou mon blog) sur lesquels j’ai parlé de mon livre avant même sa publication. Ensuite, une fois qu’il a été publié, j’ai participé à plusieurs salons ou réunions pour le présenter, non seulement sur San Francisco où je réside mais aussi à Houston, dans le Kansas et à Paris. Cette année, je pars à Amsterdam et Montréal dans le cadre de conférences. 

Par la suite, plusieurs articles parlant de mon livre ont été publiés soit dans des magazines en ligne comme Femmexpat ou BusinessOfeminin, mais aussi dans la presse écrite traditionnelle comme l’Express, la Croix et La Vie.

Enfin, ma maison d’édition m’a permis d’avoir des contacts et j’ai été interviewée à la radio (RTL, RFI) et à la télévision (TV5). Il est essentiel de beaucoup s’investir dans la promotion de son livre.

Quelle est la meilleure méthode selon toi pour promouvoir un livre ? 

Les interviews, les articles et les réunions d’informations sont différents moyens tous efficaces pour promouvoir un livre car on peut ainsi toucher différents publics.

Que t'as apporté la rédaction et la publication de ce livre ?

J’ai eu beaucoup de plaisir à rédiger ce livre et à mettre des mots sur des ressentis. La publication du livre m’apporte aussi une crédibilité professionnelle me permettant d’avoir accès a un plus large public. 

Quels conseils donnerais-tu à une personne qui souhaite écrire un livre ? 

D’être persévérant, d’avoir une grande rigueur de travail et d’être suffisamment passionné par son sujet pour le porter jusqu’au bout. C’est un bébé qui n’aboutit pas uniquement après les mois de gestation !

Enfin, où peut-on se procurer ton livre ?

Il est possible de se procurer mon livre sur les sites de la fnac et d’Amazon et dans les libraires françaises à l’étranger. 

Pour en savoir plus, consultez le site internet de Magdalena, Intelligence Nomade.

 ***

Vous souhaitez recevoir de manière régulière mes conseils en écriture, connaître les dates de mes cafés coup de pouce pour auteurs débutants ou encore la date de mes prochains ateliers d’écriture ? Pour cela, je vous encourage à vous inscrire à ma lettre d’infos bi-mensuelle. En bonus lors de votre inscription, vous recevrez un exemplaire de mon e-book intitulé « Votre guide d’accompagnement à l’écriture d’un livre ».

Lire la suite
Notez cet article:
1
1268 Hits

Café coup de pouce pour les auteures débutantes - 25 février 2016

Café coup de pouce pour les auteures débutantes - 25 février 2016

Inscrivez-vous au café coup de pouce pour les auteures débutantes qui aura lieu le jeudi 25 février 2016 à 14h00, heure de Paris. J'organise cet événement en ligne pour celles qui veulent se lancer dans un projet rédactionnel qui leur tient à coeur mais qui ne savent pas forcément comment s'y prendre. 

Quand ?  Jeudi 25 février 2016 à 14H00, heure française

Quoi ? Un café coup de pouce pour les auteures débutantes : il s'agit d'une rencontre virtuelle pour parler d'écriture

Pour qui ? Pour toutes celles qui veulent se lancer dans la rédaction d'un livre, quel que soit le genre : roman, guide pratique, recueil de textes, e-book, etc ... ou même l'écriture d'un blog

Combien de personnes ? Trois personnes plus l'animatrice

Comment ? Par Skype (appel de groupe)

Combien de temps ? : 1 heure

Combien ça coûte ? :  C'est GRATUIT !!

Objectif : vous donner le coup de pouce dont vous avez besoin pour démarrer, finaliser et promouvoir votre projet rédactionnel

Lors de ce café coup de pouce, vous pourrez : 

  • poser toutes vos questions et obtenir des réponses ;
  • échanger avec d'autres auteures débutantes ou plus avancées ;
  • déterminer vos blocages ;
  • repartir avec une liste d'actions à mettre en place pour commencer votre projet. 

Envoyez un message à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour réserver une place. 

Attention, seulement trois places sont disponibles

Vous souhaitez recevoir de manière régulière mes conseils en écriture, connaître les dates de mes cafés coup de pouce pour auteurs débutants ou encore la date de mes prochains ateliers d’écriture ? Pour cela, je vous encourage à vous inscrire à ma lettre d’infos bi-mensuelle. En bonus lors de votre inscription, vous recevrez un exemplaire de mon e-book intitulé « Votre guide d’accompagnement à l’écriture d’un livre ».

Lire la suite
Notez cet article:
1
943 Hits

Nouvelle session de mon atelier d'écriture à distance pour débutants

Nouvelle session de mon atelier d'écriture à distance pour débutants

Je vous annonce l'ouverture d'une nouvelle session de mon atelier d’écriture à distance pour débutants qui aura lieu du 29 février au 23 mai 2016. 

Pour toute information complémentaire et pour vous inscrire, envoyez un message à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et/ou faites une demande séance découverte gratuit. 

Votre situation 

  • Vous écrivez, mais de manière irrégulière ? 
  • Vous avez envie d’écrire mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? 
  • Vous recherchez un atelier à distance pour vous permettre de gérer votre temps comme vous l’entendez ?

 => Cet atelier d’écriture à distance pour débutants est fait pour vous.

Les objectifs

  • Mettre en place une pratique de l’écriture régulière afin d’ancrer l’écriture dans votre vie quotidienne sur le long terme ;
  • Faire écrire avec régularité et efficacité sur des sujets qui vous tiennent à coeur ;
  • Pratiquer l’écriture de genres différents afin de découvrir votre niche d’écriture et donc l’auteur qui est en vous ; 
  • Constituer un corpus de textes personnels que vous pourrez retravailler et développer ultérieurement ; 
  • Lire avec bienveillance les textes des autres participants et s’en enrichir ; 
  • Collaborer avec les autres participants et se sentir soutenu dans sa pratique d’écriture.

Le public

  • Cet atelier à distance est ouvert à tous à condition d'écrire couramment et sans difficultés en farnçais ;
  • Cet atelier à distance est particulièrement adapté pour ceux ou celles qui débutent dans la pratique de l’écriture ;
  • Cet atelier à distance est particulièrement adapté aux français(es) qui vivent à l’étranger et cherchent un atelier d’écriture dans leur langue maternelle.

Le nombre de participants

  • Groupe de trois participants maximum plus l’animatrice.
  • Ouverture de deux groupes maximum par session.

Les dates et la durée

  • L’atelier démarre le 29 février 2016 et se termine le 23 mai 2016, soit 12 semaines, ce qui correspond à une proposition d’écriture tous les 15 jours. 

Le mode de fonctionnement

  • Les propositions d’écriture sont rédigées par l’animatrice, Véronique Martin-Place, et sont envoyées aux participants sur leur adresse électronique qu’ils lui auront communiqué. Le rythme d’envoi est de deux propositions par mois, soit six propositions sur trois mois. Le jour d’envoi de la proposition est le lundi.
  • Les participants ont une semaine pour rédiger leurs textes, qu’ils envoient le lundi suivant à l’animatrice et aux autres membres de l’atelier. Ainsi tous les participants reçoivent les textes envoyés. 
  • Le lundi suivant, l’animatrice, envoie ses retours sur les textes produits et la proposition suivante à tous les participants. Ce même jour, les participants envoient leurs retours aux autres membres de l’atelier. Tous les retours doivent arriver ce même jour. Enfin, un appel de groupe sur Skype est organisé pour permettre aux participants de l’atelier d’échanger sur la proposition d’écriture, les textes produits, leur pratique d’écriture. L’objectif étant d’échanger autour de l’écriture et de sa pratique. 

Le tarif 

  • 150 € pour l’ensemble de l’atelier. 
  • Versement de 50% d'arrhes pour réserver sa place.
  • Paiement sécurisé par Paypal.

Les conditions

  • Avoir accès à internet pour la bonne réception des propositions, l’échange avec l’animatrice et les autres participants à l’atelier.
  • Avoir un compte Skype pour l’appel de groupe.

Lire la suite
Notez cet article:
1
1656 Hits

Ecrire, c’est comme s’entraîner pour courir un marathon

Ecrire, c’est comme s’entraîner pour courir un marathon

Pour moi, écrire c’est comme s’entraîner pour courir un marathon. Je ne laisse rien au hasard pour atteindre mon objectif ultime : terminer la rédaction de mon roman, qui s’apparente à courir 42,195 km. Le challenge est de taille. Mais il est réalisable à condition d’avoir établi une bonne préparation de course. 

J’ai mis en place un programme précis et évolutif : m’entraîner deux fois par semaine à raison de trente minutes par séance. Au bout de trois mois, je ne suis plus essoufflée après chaque séance d’entraînement. Je suis si heureuse après avoir parcouru toutes ses lignes, écrit tous ces mots que j’ai décidé d’allonger la durée de mes séances d’une dizaine de minutes chaque semaine. Ma pratique hebdomadaire a renforcé ma motivation et mon bien-être. Un véritable cercle vertueux !

Chaque séance suit le même rituel. Je prépare mon matériel mais aussi mon ravitaillement. Il faut s’alimenter et s’hydrater à intervalles réguliers pour ne pas subir de fringale en chemin ni ressentir de crampes au milieu de l’ouvrage. Le fameux « mur » du 30ème kilomètre, tous les marathoniens l’appréhendent. Les écrivains aussi. 

Maintenant, j’ai ma routine et je pratique ma course à pied littéraire trois fois par semaine. Pour rien au monde, je ne manquerai ce rendez-vous avec moi-même, mes personnages et mon histoire. Pour ne pas m’épuiser, j’alterne les courses faciles et les courses plus longues. Je varie les parcours en m’échauffant dans mon journal intime ou bien en m’essayant à la poésie. J’emprunte alors des chemins luxuriants de verdures, je dévale les berges des rivières, j’accélère dans les pentes abruptes des collines en m’enivrant de l’air pur de la campagne. Puis je reprends le chemin du bitume qui me ramène sur la route de mon roman encore inachevé. J’apprécie chaque entraînement car je sais qu’il me rapproche de mon objectif : finir cette course avec moi-même, terminer ce projet qui me tant tient à coeur, faire aboutir tout ce travail en franchissant la ligne d’arrivée que symbolise le mot « fin ». 

J’en suis encore loin mais je ne relâche pas mes efforts. Peu importe ma vitesse. Peu importe mon chrono. Il s’agit juste de veiller à continuer d’écrire sur le même rythme, de respecter mon aisance respiratoire, d’être dans l’effort régulier. Au gré des entraînements, je franchis les kilomètres pages après pages, chapitres après chapitres. Je regarde de temps en temps ma montre. Les yeux rivés sur le goudron blanc de mon écran, je me tiens légèrement penchée en avant. Je poursuis l’effort sans me retourner, sans me soucier de mes erreurs, sans me préoccuper des autres auteurs. Je n’ai qu’un but : rajouter au moins trois ou quatre feuillets à ce livre qui n’en finit plus, pour terminer. Je m’essouffle. Je sens la fatigue me gagner. Serait-ce le syndrome de la peur du débutant, qui doute, qui se sabote ? Serait-ce le fameux « mur » du 30ème kilomètre le jour de la course qui vous fait jeter l’éponge ? 

Je n’abandonnerai pas. Non, jamais, pas aussi près du but. Il ne reste après tout qu’une douzaine de pages ! Je ralentie mon allure. Je me ménage. Je marche un peu tout en avalant goulûment ma boisson et ma barre énergétique. J’inspire puis j’expire plusieurs fois de suite. L’air me fait du bien. Il a dynamisé mes neurones qui se connectent et activent mes doigts sur le clavier, d’abord lentement puis de plus en plus rapidement. Je me sens mieux. J’ai relancé ma machine à écrire interne. J’y suis presque. Je vois la banderole « Arrivée » se profiler à l’horizon. J’entends sur le bord de la route les encouragements des spectateurs : « Allez Véronique ! Tu y es presque ! Encore un effort ! » Oui, encore quelques pages, encore quelques phrases et je pourrais m’écrouler de fatigue, les doigts raidies par les crampes, ne souhaitant plus qu’une chose : vomir mon épuisement. 

Chancelante, j’ai passé la ligne d’arrivée. On me félicite. Mais ce n’est pas fini. Non, ce n’est pas fini même si le plus dur est fait. 

Après quelques jours de repos mérité, je reprends l’entraînement pour évacuer les toxines. Se décrasser comme on dit. Toutefois, il n’est pas question de se précipiter. Alors je parcours mon texte en trottinant tranquillement. Je relis. Je rature. J’annote.  Sans précipitation. Bientôt, oui, j’aurais terminé. Bientôt. 

Mais parce que j’ai été piquée par le virus de l’écriture et de la course à pied, je recommencerai !

Vous pouvez aussi écouter cette chronique : 

 

Artist Name - Ecrire-Cest-Comme-Sentrainer-Pour-Courir-Un-Marathon.mp3

Vous souhaitez recevoir de manière régulière mes conseils en écriture, connaître les dates de mes cafés coup de pouce pour auteurs débutants ou encore la date de mes prochains ateliers d’écriture ? Pour cela, je vous encourage à vous inscrire à ma lettre d’info bi-mensuelle. En bonus lors de votre inscription, vous recevrez un exemplaire de mon e-book intitulé « Votre guide d’accompagnement à l’écriture d’un livre ».

Lire la suite
Notez cet article:
2
1463 Hits

Les qualités nécessaires pour devenir écrivain

Les qualités nécessaires pour devenir écrivain

Au-delà des compétences et des savoir-faire incontournables qu’il faut avoir pour devenir écrivain (maîtrise parfaite de la langue, connaissance littéraire, style, aisance rédactionnelle), il est essentiel de détenir des savoir-être et de faire en sorte de les développer. L’état d’esprit de l’auteur est tout aussi important que ses qualités rédactionnelles et littéraires quel que soit le genre dans lequel il souhaite être publié. 

Ainsi, selon moi, pour réussir en tant qu’écrivain, les qualités nécessaires sont les suivantes : 

  • La ténacité

La volonté ne suffit pas pour devenir écrivain. Non seulement, il faut mettre en marche cette volonté par un travail acharné et quotidien mais il faut le faire sur la longue durée. Il ne faut rien lâcher : ni devant les lettres de refus, ni devant les critiques pas toujours constructives, ni devant parfois le manque de temps ou d’envie d’écrire. Il faut continuer coûte que coûte. J’aurais aussi pu employer les termes de détermination, de persévérance ou d’opiniâtreté qui vont de pair avec la ténacité et dont doit faire preuve un auteur débutant.

  • La passion

Pour rester tenace, il n’y a pas de secret. Il faut être passionné par ce que vous faites. Vous devez aimer écrire. Vous devez aimer être seul(e) face à vous-même et à la page blanche de votre écran. Vous devez être passionné par votre sujet. Que dire de plus ? 

  • La patience

Oh mon dieu, qu’il en faut de la patience ! Déjà pour arriver au bout de la première version de son projet, puis le réécrire, puis le faire relire et enfin le corriger. C’est déjà faire preuve de beaucoup de patience envers soi-même. Mais il faut faire encore preuve de plus de patience si l’on veut se faire publier de manière traditionnelle, c’est-à-dire à compte d’éditeur, car il faut attendre les réponses des maisons d’édition.

  • La régularité

Ecrire de manière régulière, avoir une routine quotidienne ou hebdomadaire peu importe mais avoir des rendez-vous avec soi-même pour faire avancer son projet sont les seules techniques pour arriver à ses fins. Ecrire, finalement, c’est comme courir un marathon. Un athlète de haut niveau ne court pas 42, 195 kilomètres en un peu plus de deux heures du jour au lendemain. Ce sont des milliers d’heures d’entraînement. Ecrire un livre, c’est la même chose !

  • L’optimisme

Je pense qu’être optimiste quand on est écrivain ou qu’on souhaite le devenir est l’une des clefs secrète de la réussite. Je n’emploie pas le terme de fataliste mais il y a un peu de cela. Je pense qu’il faut prendre les choses comme elles viennent et que chaque obstacle doit être considéré comme une étape vers votre but ultime : la publication de votre manuscrit. Au quotidien, c’est utiliser tout ce qui vous arrive comme une source d’inspiration, comme du matériau à utiliser dans vos histoires. 

  • La créativité

Lorsqu’on imagine des histoires, cela semble aller de soi. Mais je pense aussi à une autre forme de créativité, celle qui n’est pas que artistique. Je devrais peut-être parler davantage d’ingéniosité et de flexibilité. Parfois lorsque l’on est auteur, on doit en faire preuve au quotidien pour écrire dès qu’on a 5 minutes devant soit, ou bien pour trouver des idées. Cela ne tombe pas tout cuit. C’est parfois en faisant autre chose qu’écrire qu’elles arrivent … presque naturellement. Ce qui m’amène à la qualité suivante.

  • Être à l’écoute

Lorsque l’on veut écrire, il faut être à l’écoute des autres et de son environnement mais aussi de soi-même. Être à l’écoute des autres pour s’en inspirer, être à l’écoute de son lectorat ou de son lecteur idéal, être à l’écoute de soi-même et de ses besoins (prendre soin de soi physiquement et mentalement, faire le point, faire du sport, etc …) pour continuer à écrire sereinement. 

  • Cultiver sa chance en travaillant son réseau et sa sociabilité

J’ai gardé le meilleur et le plus difficile pour la fin. Je pense qu’un auteur sérieux ne doit pas négliger cet aspect de son activité s’il souhaite être publié ou s’auto-publier. Le travail régulier, la passion, la patience etc … sont des passages obligés et constituent le coeur du travail de tout auteur mais il faut aussi de la chance et il faut savoir la provoquer en faisant du networking. Un auteur, en plus de son travail de création, doit mettre en place des stratégies pour se rendre visible auprès de son lectorat et du milieu de l’édition. Cela passe par la mise en place d’une plateforme virtuelle mais aussi en allant à la rencontre de son public (salon, conférences, signatures, lectures).

Qu’en pensez-vous ? Voyez-vous d’autres qualités nécessaires pour devenir auteur ? Répondez en laissant un commentaire !

Vous souhaitez recevoir de manière régulière mes conseils en écriture, connaître les dates de mes cafés coup de pouce pour auteurs débutants ou encore la date de mes prochains ateliers d’écriture ? Pour cela, je vous encourage à vous inscrire à ma lettre d’infos bi-mensuelle. En bonus lors de votre inscription, vous recevrez un exemplaire de mon e-book intitulé « Votre guide d’accompagnement à l’écriture d’un livre ».

Lire la suite
Notez cet article:
6
3432 Hits